[ LES ARTISTES RÉSIDENTS ]

ARTMÉVI 2022

Screenshot_20210305_203327.jpg

ASSOUKROU

AKE

Né à Bonoua en Côte d'Ivoire, Assoukrou Ake commence à étudier l'art au lycée d'enseignement artistique d'Abidjan puis décide de poursuivre ses études en France, d'abord en histoire de l'art et archéologie (Université Paris 10, Nanterre), puis à L'ESAD de Tours (diplômé 2021, félicitations du jury) .
Dans ses œuvres, il met à profit sa formation en histoire afin d'élaborer des projets de recherches dans lesquels il incarne le rôle d'un médecin chercheur, pour construire des "récits de guérison" qui agissent comme des filtres au travers desquels il observe la violence et sa capacité de mutation. Cependant, pour mettre en place ce récit, il lui est impossible de mettre en image l'innomable, seulement déconstruire et reconstruire des fragments d'images, les cribler de trous, les disloquer, creuser des vides, désarticuler le mouvement, briser le contexte et les vider de leurs sens. Le conduisant vers un art de "traduction et de contre-image".

Screenshot_20221002_154937.jpg

THIBAUT

AMEDJRO

Tout jeune artiste togolais initié à l'art par le biais d'artistes confirmés de Lomé et le centre ATEBAÏ, Elom Thibaut Amedjro s'intéresse au travail de la couleur et de la matière. Il utilise des médiums comme le Bic, le crayon ou la peinture pour créer des tableaux tantôt hyperréalistes, tantôt abstraits. Il tente de mettre en lumière des éléments invisibles comme l'air mais aussi des oppressions et les sentiments, les émotions, qui en decoulent.

Fleur1.jpeg

FLEUR

BIGUIBOURE

Originaire de Ouagadougou cette artiste se passionne pour la peinture en observant son mari "parler" avec ses toiles. Fleur Biguiboure s'investit dans le travail en collectif par le biais de plusieurs domaines comme la danse, la défense des handicapés, le théâtre et l'art contemporain. En associant la peinture aux tissus et aux objets, son travail est à la fois pictural et sculptural.

autoportrait©Mathieu Demester.jpg

MADELEINE

CALAFELL

Née à Abidjan (Côte d'Ivoire) et diplômée des Beaux-Arts de Paris, Madeleine Calafell explore les liens entre l'Afrique et l'Europe où elle a partagé son existence.
Sa pratique artistique provient de son vécu en Afrique (Côte d'Ivoire et Maroc) et ses travaux s'inspirent des allégories qu'elle a pu rencontrer dans les paysages et l'imaginaire social africain où la nature est souvent défiée.

HKp.jpeg

HÉLÈNE

KELHETTER

Hélène Kelhetter est diplômée de L'ESAD de Reims en 2018. En 2017, elle écrit son mémoire sur l'histoire coloniale et décoloniale et interroge, par la suite, dans son travail la macro-histoire en s'attachant à ses micro-histoires notamment lors de ses voyages et ses rencontres avec le vivant mais aussi en dialoguant avec des artistes, des artisans et curateurs venant principalement du continent africain. Ces interrogations et ces rencontres intercontinentales se traduisent par le mélange de différents médiums comme le dessin, la vidéo et la céramique. Elle expose à Doual'art (Cameroun) en 2020, à la Biennale de la Sculpture de Ouagadougou (Burkina Faso) en 2021 et à la Biennale de Dakar (Sénégal) en 2022 au côté de l'artiste Aboubakry Ba.

WhatsApp Image 2022-09-25 at 14.46.02.jpeg

AMANDINE

MASSÉ

Amandine Massé travaille la fragile limite qui distingue le rêve de la mémoire. L’artiste décrypte la manière dont les souvenirs, continuellement transformés par l’émotion qui les appellent, peuvent provoquer certaines hésitations dans notre perception du réel. En réinvestissant des images ou des fragments d’espaces qui l’ont marquée entre sa Provence Natale ou des pays comme le Ghana où elle a étudié, le travail sculptural de l’artiste pose la question de notre accès à nos souvenirs, et interroge la manière dont leur symbolique influence nos existences. Elle révèle alors différentes couches mémorielles entremêlées dans le réel.

Elotode1.jpeg

ELOTODE

SOKPOH

Née à Lomé (Togo), Elotode Sokpoh est une artiste autodidacte questionnant les visages, les femmes, les formes, les figures et leurs déclinaisons dans l'espace. Ses œuvres dépeignent différentes techniques inspirées du cubisme, de l'impressionnisme, de l'expressionnisme afin d'explorer les mondes féminins. L'artiste est également engagée sur des approches de travail en collectif.
En 2020, elle crée sa propre galerie-atelier à Lomé.

Screenshot_20220727-095904_WhatsApp.jpg

KAFANA

SORO

Né en 1991 en Côte d'Ivoire, Kafana Soro est issu d'une famille d'artisans. Fils de forgeron, il passe son enfance dans des ateliers de menuiserie et de métallurgie. Plus tard, alors qu'il fréquente l'INSAAC à Abidjan, il explore le travail de l'argile à travers la sculpture monumentale sous la direction de Kof Donkor. Au fil du temps, le bois est devenu son matériau de prédilection et il approfondi ses connaissances en tant qu'assistant de Jems Koko Bi. Sa pratique prend la forme une introspection. Lorsque que l'artiste se confronte au bois, il se confronte à lui-même. Il questionne son identité, profondément ancrée dans les traditions locales ancestrales et pourtant touchées par les cultures étrangères. Si l'œuvre de Kafana Soro peut parfois suggérer une lutte, une épreuve, rien n'est jamais apposé sur le bois. L'artiste négocie avec la matière, ses formes et le contexte.

20211028_155042.jpg

TESPRIT (Résident 2021)

Tesprit met en lumière l'univers des Dzimakplao - enfants sans éducation - en Mina, sa langue maternelle. En sculptant les tongs (communément appelées tapettes), accessoires incontournables dans les habitudes africaines, il aborde la question essentielle de la condition des enfants de la rue. Il transforme en véritable œuvre d'art ces sandalettes extraites de détritus et de d'échanges. Comme pour donner une seconde vie à ces enfants, une seconde chance.
Selon lui, nous pouvons comprendre la classe sociale d'une personne en observant l'état de ses tongs
Déjà présent lors de l'édition ArtMéssiamé 2021, Tesprit rejoint à nouveau la résidence 2022 afin de transmettre son expérience aux nouvelles et nouveaux résidents.es.

ARTMÉVI 2021

Capture d’écran 2021-09-09 à 11.25.48.png

MELINDA

FOURN

Mélinda Fourn est une jeune artiste française originaire du Bénin.

Elle collecte de manière obsessionnelle des déchets (épluchures de fruits, sachets de thé...) et se délecte de leur brunissement, leur dégradation, leur évolution.

Elle a aussi pour habitude de réaliser la plupart de ses accessoires, boucles d’oreilles, bagues et bracelets.

Après un voyage d’étude au Ghana, au sein de l’université des sciences et technologies Kwame Nkrumah,

elle apprend le tissage, la réalisation de bijoux en argent ainsi que la confection de perles et fait le choix d’incorporer et d’assumer des savoirs-faire autrefois tus au coeur de sa pratique.

AGNEKETOM Egnonam Stacey photo perso.jpg

EGNONAM STACEY

AGNEKETOM

L’artiste peintre Egnonan Stacey Agneketom est toujours en exploration dans l’histoire de l’art. Elle ne

cesse de se renouveler, de chercher et réinventer, des formes abstraites aux figuratives. Elle interroge

les sentiments ressentis à travers le mystère de l’intériorité. Ses couleurs vives, élément central de sa

peinture, enveloppent sensuellement les corps féminins et les paysages nous transportent dans une

douce danse énigmatique.

Portrait copie.jpg

MAXIME

LAGUERRE

La pratique artistique de Maxime Laguerre est influencée par le travail de l'image d'une époque passée. La

photographie argentique et l’estampe sont constitutives de sa pratique et de

son désir de compréhension et de transmission de techniques dites «obsolètes», inscrivant par là son travail dans une culture du « Do

It Yourself ».

Son intérêt pour la photographie et le portrait l'amène à travailler en moyen format et à m’inspirer à la fois de la photographie documentaire et de la photographie de mode pour mettre en

scène son entourage, ses créations plastiques ainsi que les leurs.

[007090] copie.jpg

TESPRIT

L’artiste plasticien Tesprit est un véritable touche-à-tout : teinture, taxi bagage au grand marché,

maçonnerie, jardinage - aucun métier ne lui donne froid aux yeux.

Tesprit développe une écriture basée sur le recyclage des sandalettes

communément appelées «DJIMAKPLA» (enfant sans éducation) au Togo. Ce travail de recyclage est né de la crise de la Covid-19, une période pendant laquelle, privé de ses ressources financières, l’artiste se penche vers des matériaux plus accessibles ayant un rapport direct avec la condition de

vie des hommes dans la société. Désormais, son style se reconnaît par la sculpture des sandalettes

sur toile à travers les thématiques de l’enfance et des conditions de vie des enfants de la rue.

_MG_0218 ©EstebanNeveu (1) copie.jpg

IRENE

DE LAS ESTRELLAS ABELLO

«Dans un va-et-vient entre sa Colombie natale et une France d’adoption, Irene de las Estrellas cueilledes fragments de paysages à la frontière d’un imaginaire transatlantique. Au travers de divers

prélèvements, soustractions et détournements, elle vient tantôt révéler, sinon désamorcer, ce qui

construit nos échelles de valeurs. C’est dans une pratique du soin et du détail qu’elle cherche des

formes aérées des nuisances propres à un système en saturation. Des formes qui se prononcent à la

manière d’un geste. Logée dans les interstices de nos représentations, Irene nous montre des traces

laissées comme autant de signes à décrypter, de modes d’attention et des langages à appréhender.»

Clément Erhardy

ARTMESSIAME 2021 (glissé(e)s).jpg

KWAMI

DA COSTA (Résident 2020)

Kwami Da Costa, artiste togolais pluridisciplinaire, formé dans l’atelier de Sambiani Kassan, interroge

les liens familiaux comme vecteur de lutte contre l’isolement, l’exclusion et la vulnérabilité. Ses travaux

s’intéressent au phénomène d’enterrement du placenta mais aussi à la naissance et aux liens

spirituels entre un nouveau-né et sa mère.

image003.jpg

PIER

SPARTA

Né en Bourgogne et d’origine sicilienne, Pier Sparta s’inscrit dans le genre de la sculpture d’expression humaine et y trouve un espace pour développer son univers. La sculpture figurative devient pour lui un moyen d’évoquer l’humain dans son psychisme et son espace physique lié aux environnements qu’il traverse. Il mêle un processus de vie à un processus artistique en modelant l’homme dans une vie onirique.

camille portrait.jpeg

CAMILLE

BRÉE

Camille Brée est une artiste française qui vit et travaille entre Paris et Amsterdam.

Publication 1_Ayawi6.jpg

AYAWAVI REINE

ADJOYI

Artiste plasticienne autodidacte, Ayawavi Reine Adjoyi peint les visages qui l’entourent dans des paysages oniriques. L’humain est sa principale source d’inspiration dont elle recouvre la toile, la décompose, entre formes abstraites et figuratives. En parallèle investie dans plusieurs associations, son travail artistique extrait de ce concret des espaces imaginaires.

portrait clément copie.JPG

CLÉMENT AYIKOUÉ

GBEGNO

Né en Bourgogne et d’origine sicilienne, Pier Sparta s’inscrit dans le genre de la sculpture d’expression humaine et y trouve un espace pour développer son univers. La sculpture figurative devient pour lui un moyen d’évoquer l’humain dans son psychisme et son espace physique lié aux environnements qu’il traverse. Il mêle un processus de vie à un processus artistique en modelant l’homme dans une vie onirique.

portrait - thierry tomety.jpg

THIERRY

TOMETY

Né en 1993 de parents togolais et béninois, Thierry Tomety débute sa carrière en tant qu’informaticien. Durant son temps libre, il s’essaie à l’infographie et se découvre un attachement pour les couleurs. Il décide de se mettre à la peinture, mettant finalement au second plan sa formation professionnelle pour se consacrer à son art. Son travail traite du processus de création et du questionnement sur le sens de la vie. Il met un point d’honneur à laisser libre court à l’imagination ceux qui se plongent dans son travail.

Photo atelier I .JPG

FANNY

MAGNABAL

Fanny Magnabal vit et travaille à Paris. Son travail protéiforme avec un accent pour la céramique, s’interroge sur les ramifications d’un intime subversif où la quête érotique et poétique deviennent par des gestes rituels une aurore au choeur. Souvent produites sous forme d’ensemble, ses pièces ne

tiennent debout que par l’appui mutuel, telle une aire polyphonique.

Amenée et habitée par des lectures c’est dans la recherche sur le territoire des oiseaux de Vinciane

Despret ; définit non pas par des frontières planes mais des gonflements d’espaces entremêlés que Fanny puise sa propre notion de rencontre et de périmètre d’expression.

_MG_8826 ©FlorentineCharon copie.jpg

DYLAN

MAQUET

Dylan Maquet vit et travaille entre Paris et Düsseldorf, diplômé des Beaux-Arts de Paris il a aussi

étudié deux ans à la Kunstakademie de Düsseldorf.

Dans la pratique artistique de Dylan Maquet, ce qui est à voir est à voir dans l’instant. Il utilise les matériaux de manière singulière, il les met en tension, montre leur fragilité. L’encre des impressions en sérigraphie s’imprime sur de la bâche transparente de manière à ce qu’elle disparaisse avec le temps,

les armatures en métal sont complétées parfois par de la cire. Chaque médium devient alors un

passage où oscille fragilité, instabilité, solidité, permanence et éphémère.

ARTMÉVI 2020

ARTMÉVI 2021

portrait Achille copie.JPG

ACHILLE

ADONON

portrait juliette copie.JPG

JULIETTE

DELECOUR

richard laté lawson body.JPG

RICHARD LATÉ

LAWSON BODY

portrait amélie copie.JPG

AMÉLIE

AKOGONYA

Portrait Kokou.png
portrait clément copie.JPG

CLÉMENT

GBEGNO

portrait Kokou copie.JPG

KOKOU FERDINAND MAKOUVIA

Portrait Latercio.jpg
portrait kwami copie.JPG

KWAMI

DA COSTA

portrait Atisso 1 copie.JPG

ATISSO

GOHA

Portrait Yasmine copie.JPG

YASMINE R.

YERIMA